LES SENS DE PRATIQUE
DE DANSE A L'ECOLE
V.Robin – Colloque Pompidou
– 12 janvier 2007
HISTORIQUE DANSE A L'ECOLE
Document EN danse 2009
L’ARTICULATION DES TROIS COMPOSANTES
Danse au coeur / Marcelle Bonjour
DANSER A L’ECOLE
Nicole Imberty PIUMF EPS et Annie Sébire CPDEPS 2003/2010
ATELIER DANSE A L'ECOLE
Formation CDC , novembre 2008
Présentation de la Danse en milieu scolaire (DMS)
Pourquoi la danse à l’école ?
Spécificités calédoniennes 
Historique national

Depuis 2004, plusieurs classes ont participé à des projets de développement de la danse à l’école au travers des classes à PAC et ateliers artistiques.

Des sessions de formations ont été proposées par le Centre de Développement Chorégraphique  aux artistes (en décembre 2005) et aux enseignants (en juillet 2006) pour comprendre les enjeux et pour pouvoir pratiquer cet art dans le respect de son essence. L’association EN Danse prend le relais dans cet élan, depuis sa création en novembre 2009.

De nombreux projets ont vu le jour de l’école maternelle au collège, dans l’enseignement public et privé, que ce soit sous la forme d’ateliers artistiques, de classes à PAC ou de simples interventions d’artistes…et toujours la même énergie, le même plaisir et la volonté de partager, d’échanger, de rencontrer et de créer.

****

Faire entrer l’art et l’artiste dans l’école c’est permettre à chaque enfant d’accéder à une culture commune, à chaque citoyen de demain de développer sa sensibilité et de porter un regard poétique sur le monde en constante évolution qui l’entoure.

La danse à l’école permet donc au monde de l’art et à celui de l’école de rentrer en contact dans un but commun : échanger, partager, s’enrichir de l’autre, se décentrer, prendre confiance en soi et en l’autre,  s’apprivoiser, ….

Entrer dans la danse

1/ Pourquoi la danse à l’école ? Quels enjeux ?

 « La danse fut sans doute l’une des toutes premières formes d’expression artistique de l’humanité. Qu’elle ait été religieuse, magique ou sacrée, qu’elle soit aujourd’hui profane dans certaines sociétés, la danse est le reflet de la civilisation, des croyances et de la psychologie de ceux qui l’élaborent et l’exécutent. La danse est d’abord l’art de se mouvoir selon un certain  accord entre l’espace et le temps que le rythme et la chorégraphie rendent perceptible. Si elle a perdu parfois son caractère religieux et sacré, elle demeure une forme de communication en exprimant des sentiments, des émotions, des intentions et des significations qui doivent être compris par ceux qui la regardent ».

Enjeux de la Danse à l’école

De la maternelle à l’université, la danse s’inscrit dans les activités physiques, mais elle se caractérise par une double spécificité : d’une part, elle confère à la pratique corporelle une dimension artistique qui s’organise, comme les autres activités physiques, autour des notions de temps, d’espace et de mouvement. ; d’autre part, elle construit, à travers les intentions et les significations qu’elle vise à exprimer, un langage qui permet une communication originale.

Créativité, motricité, expression, la danse est un domaine d’une grande richesse pédagogique qui permet de mettre en œuvre des projets transversaux.

S’il est encore nécessaire de justifier l’importance de la danse comme activité fondamentale en milieu scolaire, il suffirait d’insister sur deux aspects essentiels de la formation des élèves qu’elle favorise au plus haut point : l’enrichissement de l’imaginaire et le développement des relations entre soi et les autres.

En faisant appel à l’imagination, en permettant aux élèves de traduire avec leur corps des états, des sensations, des sentiments, des émotions et des situations qu’ils imaginent, la danse aide les élèves à structurer leur imaginaire, leur permettant ainsi de mieux investir par la suite d’autres formes d’expression.

La danse favorise aussi tout particulièrement les relations entre soi et les autres : « je » danse seul, « tu » danses avec moi, « nous » dansons tous ensemble, je regarde, je suis regardé…. Au même titre que les règles de civilité permettent la vie en commun, les règles de la chorégraphie et les consignes à respecter sont les conditions du bon déroulement de la danse « en commun ». De la simple ronde au spectacle public, on ne pourra réussir que si chacun joue son rôle en tenant compte de la place et du rôle de l’autre : l’expression individuelle se réalise alors pleinement dans l’expression collective.

Faut-il encore souligner à quel point la danse répond à un objectif fondamental :

Apprendre à vivre ensemble !

2/ Spécificités calédoniennes 

Expression vitale au même titre que la parole, la danse est moteur d’émotion, moteur de la pensée.

C’est pourquoi développer la danse à l’école, c’est développer tout un potentiel corporel sensible de l’enfant, mais aussi une pensée, une philosophie de la vie, un regard et une façon de penser le monde, un statut entre l’individu et le groupe. C’est participer  au développement de la vie, c’est acquérir une pensée universelle. La danse à l’école, c’est pour l’enfant conquérir son propre imaginaire en cheminant de façon unique et personnelle à travers son corps en explorant les œuvres chorégraphiques du patrimoine, en rencontrant les artistes  danseurs d’aujourd’hui, en reliant et confrontant entre eux les axes fondateurs et les essentiels qui les constituent.

(…)

Pour cela, il fallait que les portes des écoles s’ouvrent à des artistes chorégraphiques, danseurs inscrits dans un processus de création et de diffusion, et que les enseignants de l’école primaire, secondaire  (et universités) soient eux-mêmes capables d’accueillir l’art de la danse dans leur pédagogie, prenant en compte la complémentarité des fonctions.

Dans un pays dont le destin commun est en marche, les enfants, citoyens de demain, trouveront à travers la danse à l’école des moyens pour mieux vivre ensemble, pour mieux construire leur identité entre tradition et modernité, entre culture d’hier et d’aujourd’hui.

« Il est essentiel pour l’enfant né dansant de ne pas désapprendre ce langage » soulignait Maurice Béjart et, « s’il doit advenir une renaissance de la danse, elle ne sortira pas de la tête d’un sage magister, mais elle surgira des corps joyeux des enfants. Adieu inégalité, injustice et brutalité du vieux monde » (Isadora Duncan).

3/ Historique national

La « danse à l’école » est née en France au début des années 80 à l’initiative de la conseillère pédagogique en EPS Marcelle Bonjour et de l’artiste chorégraphe Odile Duboc. Très vite, un comité d’experts en danse et en éducation a été créé, dont fait partie Mic Guillaumes lequel est aujourd’hui directeur artistique de EN danse.

Depuis 1986, un partenariat a été mis en place entre le Ministère de l’Education nationale et le Ministère de la Culture , permettant la multiplication des formations et la création de l’association « Danse au cœur » (Chartres)  pôle actif de la danse à l’école en France aujourd’hui.